· 

La vie (palpitante) d’une stagiaire en période de confinement

Être stagiaire en période de confinement a des bons et mauvais côtés… voici mon bilan de cette expérience :

 

Tout d'abord il faut savoir que ce stage de 2 mois en cabinet de conseil sur l'égalité professionnelle et la qualité de vie au travail, est mon premier. Il y a 1 mois pile j'arrive pleine d'énergie et contente rejoindre mon nouvel environnement de travail avec mes nouveaux collègues dans un open-space. Deux semaines plus tard, je rejoins pleine d'énergie et contente mon chez-moi pour une durée indéterminée... Jusqu’ici j’ai donc fait la moitié de mon stage chez HER’OES and associates et le reste chez moi.

 

Travailler chez soi, c'est bien car…

 

Je peux clairement me passer de m'habiller, j'ai opté pour une tenue simple tout du long de mon confinement : mon pyjama. J’ai également adopté une technique efficace en cas d'appel vidéo : être bien habillée jusqu'au pantalon, qui lui reste caché et donc peut être un jogging laid.

 

Je peux écouter ma musique sans écouteur. C'est vrai que c’est également possible quand je suis au travail en temps normal...mais seule, je peux écouter toutes les musiques dont j'ai honte sans culpabiliser sur mes choix musicaux douteux (cf. Christophe, mon pêché mignon que beaucoup estime démodé).

 

Je peux m'énerver contre mon ordinateur quand il ne marche pas. En Open-space c'est compliqué d'insulter son ordinateur car il s'éteint soudainement ou alors qu'il est trop lent, ça peut créer un certain malaise...alors que seule, pas de soucis !

 

Je peux travailler dehors au soleil. Ici même pas besoin d'explication, tout est dit.

 

Mais faire du télétravail quand on est stagiaire ce n'est pas que de la farniente chez soi en faisant semblant de travailler pour se donner bonne conscience, c'est aussi : 

 

Se sentir un peu seule, car je n'ai personne à qui raconter mes super blagues sur les articles que je trouve, ou même discuter car mon chien n'est pas bavard malgré tous les efforts que je mets dans la discussion. 

 

Se sentir perdue dans ce que je fais. C'est mon premier stage et on me donne réellement des objectifs et des libertés, c'est pourquoi je me sens vite dépassée car je n'ai pas encore confiance en mes capacités, et ne pas pouvoir directement me faire guider par mes collègues est parfois un peu frustrant. Heureusement que mes cheffes de stages ont dégainé moultes outils de travail à distance pour pallier mon manque de confiance et mon isolement (Slack, Discord,...etc).

 

Me sentir isolée, ça c'est le gros risque du télétravail. J’ai vu passer des centaines d'articles sur les risques du télétravail et il est vrai qu'au début j'étais sceptique. Pour moi c’était avant tout une opportunité de pouvoir être plus à l'aise chez soi, être plus souple sur les horaires… mais depuis que je suis dans cette situation, je comprends mieux ! Personnellement je vais bien, mais j’ai eu l’occasion de discuter avec des amis dans le même cas et qui n'ont pas la même chance que moi. Ils se sentent vraiment seuls toute la journée, ne sont pas à l’aise avec les appels vidéos, ont le sentiment de tourner en rond et surtout d’être scotchés à leurs écrans plus que s’ils étaient au travail. 

 

Et c’est aussi être anxieuse, mais ça ce n’est pas que pour les stagiaires, c’est surtout un sentiment général à cause de cette situation complexe et inattendue. C’est étrange et désagréable de ne pas savoir quand ça va se terminer, d’être constamment dans le flou et en même temps d’être submergé d’infos sur le coronavirus toute la journée.

 

Finalement, c’est en cette drôle de période que j’ai réalisé à quel point les échanges humains étaient importants, encore plus dans le cadre de son travail. Je vis pour mon premier stage quelque chose d’étrange mais je ne regrette rien (comme Edith Piaf) car grâce à ça j’ai pu découvrir plein de choses ! Sur moi d’abord, sur ma façon de travailler en autonomie, sur mes faiblesses et sur ce que je dois améliorer (comme ma confiance en moi) mais aussi dans le monde du travail en général et sur les besoins de chacun dans une équipe.

 

Manon, Chargée de communication

 Credit photo :Photo by Matthew Henry from Burst

Écrire commentaire

Commentaires: 0